le rendez vous des potes du web


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 salut si quelqu' un veut parler d'une experience vecu venais

Aller en bas 
AuteurMessage
[SNT]spe
Invité



MessageSujet: salut si quelqu' un veut parler d'une experience vecu venais   Sam 21 Jan 2006 - 14:22

j'ai echappé à la mort ,depuis ce jour là, j 'ai cherché à comprendre mais des fois vaut mieux pas, car je ne vis plus!!
Revenir en haut Aller en bas
lilitub
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 802
Age : 37
Localisation : lot et garonne
config de votre pc : à tout casser
Votre prénom : perle
Date d'inscription : 01/11/2005

FDP
points de participation: 300
point de vie:
10/0  (10/0)

MessageSujet: Re: salut si quelqu' un veut parler d'une experience vecu venais   Mar 14 Fév 2006 - 16:55

LIEU : ???
DATE : 1962
Surnom : "J.L."



Expérience vieille de plus de 37 ans.
le lieu : chez mes grands parents, maintenant décédés tous les deux
la date : je viens d'avoir 12 ans, pendant les vacances scolaires, été 1962

Mon grand père possède une bibliothèque très vaste, avec des étagères partout, des livres qui sont à terre n'ont pas trouvé de place disponible. C'est dire la quantité de livres disponibles. Pourtant, il y a une étagère de presque 3 mètres qui est interdite, en particulier aux enfants.
Vous savez bien qu'il suffit que quelque chose soit interdit pour qu'un gamin comme moi tente de le faire, pour rire, et pour voir, apprendre et comprendre. Alors les livres interdits ne l'étaient que théoriquement, je venais assez souvent me cacher dans la bibliothèque, plongé dans le livre du moment. Mais j'avais toujours une de mes oreilles qui faisait le guet, comme les chats qui dorment, croit on !
J'avais trouvé un livre assez petit, couvert de cuir noir, avec un titre surprenant : Précis de Magie Ancienne, édition augmentée, 1897. Mais je ne me souviens plus de l'auteur ni de l'éditeur (et même si je m'en souviens, je ne dirais rien à personne !) J'ai commencé à lire. Il y avait des recettes compliquées, à base de plantes, de viscères d'animaux, avec des cuissons longues et des préparations auxquelles je ne comprenais rien à l'époque. En revanche, le dernier chapitre était intitulé : Exercices. Je considérais que tout apprentissage devait passer par une période de pratique, et je décidais d'aller en faire quelques uns, ces exercices décrits comme des expériences. Cela convenait tout à fait à mon esprit aventureux.
Le lendemain soir, comble de bonheur, les grands parents devaient aller chez des amis à eux, et un de mes oncles qui travaillait sur la propriété était chargé de nous surveiller. Mais ce garçon, encore jeune puisqu'il sortait tout juste de l'armée était bien plus intéressé par la pêche, la chasse et faire courir ses chiens. J'avais donc le champ libre. Il était précisé au début de l'exercice que j'avais choisi qu'une nuit de pleine lune pouvait avoir des résultats différents, pour ne pas dire faire tout rater. Comme on était à la lune descendante, le dernier quartier, ça tombait bien puisque toutes les conditions les plus favorables étaient réunies. Je vous passe les détails et les paroles à réciter, je ne vous donne que le principal.
Je devais me placer à un croisement de chemins, si possible à angle droit. Il fallait éviter toute sorte de croix, de calvaire ou de petit oratoire comme on en voit beaucoup dans les campagnes. J'avais trouvé ce lieu, et je me préparais. Le but ultime était de faire venir Satan, et de parler avec lui. J'exécutais à la lettre ce qui était indiqué dans le livre, et j'avais une lampe tempête à pétrole à côté de moi pour lire, et pour me rassurer un peu. J'avoue que je n'en menais pas large. Au cours de l'exercice, je devais lancer en l'air trois poignées de cendres dans lesquelles j'avais mis du sang de poulet. Ma grand mère gardait du sang caillé pour les appâts de pêche de notre oncle, c'était facile d'en prendre un peu. A cet instant, alors qu'il n'y avait ni vent ni orage, un éclair est apparu dans le ciel, venant frapper le sol à environ 30 mètres devant moi, sur le chemin menant vers la rivière. J'avais peur que mon oncle ne le voit, et vienne se rendre compte sur place. Mais il n'est arrivé que plus tard, et heureusement qu'il est venu.
Parce que Satan est apparu, énorme et silencieux, se déplaçant sans bouger son corps, si c'est un corps. Pas vraiment vilain physiquement, mais un colosse particulièrement impressionnant. Il ne parlait pas, ses lèvres ne bougeaient pas, mais j'entendais tous ses mots, ses ricanements aussi. Il semble que le maître des enfers aime bien rire. Il me demanda pourquoi je l'avais invoqué. J'étais terrifié, mais je finis pas dire que je voulais apprendre et essayer plein de choses, surtout celles que les grands ne voulaient pas laisser faire aux enfants.
Alors malgré sa masse, il se déplaça instantanément vers moi, me surplombant de plus de deux mètres. Tout à coup, j'eus horriblement chaud, comme quand on se promène dans la campagne l'été en plein soleil. Il me dit que je pouvais tout faire, mais qu'il fallait payer. C'était indiqué dans le livre, il fallait que je lui donne une pièce de monnaie, un morceau de viande, et je ne sais plus quoi d'autre. Je n'avais pas réussi à trouver de pièce de monnaie. Il se mit en colère, mais je tournais les talons à toute vitesse, bien décidé à partir. Il était à côté de moi, suspendu en l'air, pendant que je courais comme un fou vers la ferme. Derrière la haie qui sépare ce côté de la propriété et la montée vers la ferme, mon oncle arrivait avec ses trois chiens qui hurlaient, son fusil et une frousse bien normale.
La fin n'est pas très glorieuse. Mon oncle a perdu ses chiens qui sont morts dans la nuit, il a été malade quelques jours, et moi j'ai eu mal à la tête pendant plusieurs semaines. J'avais sur moi une odeur épouvantable, et je ne suis pas allé à l'école à la rentrée, mon grand père n'avait pas voulu. A son retour, il avait parlé avec mon oncle, puis il m'avait poussé dans le dos vers les écuries et la grange à foin.
C'est là que j'ai habité pendant plus de deux mois, séparé de tous, avec interdiction de sortir. J'ai bien essayé, mais je ne pouvais pas, il avait mis un cadenas sur la grande porte, et la petite qui s'ouvre dans la grande était fermée à clé, il la gardait avec lui. J'ai dû subir différents traitements qu'il m'a appliqué, et entre autres choses, un bain dans la rivière tous les jours, qu'il pleuve ou non, qu'il y ai quelqu'un à proximité ou pas. Je devais me baigner tout nu, et mon grand père récitait des prières depuis le bord. Il dessinait des signes bizarres sur une grande pierre blanche qu'il avait fait apporter par mon oncle avec le tracteur. Un prêtre est venu me voir plusieurs fois, me parlant gentiment mais posant de drôles de questions, et il ne partait qu'en reculant, gardant toujours ses yeux fixés sur moi.
Au cours de l'hiver suivant, j'ai été malade au moins trois fois, et ma grand mère avait toujours un mouchoir blanc et de l'eau bénite à portée de la main. D'ailleurs, la chambre que mon grand père avait agencée était bizarre. Juste un lit, mais posé au milieu de la pièce. Pas d'armoire, le placard était toujours fermé à clé, et il y avait une bougie qu'il allumait tous les soirs quand il venait me dire bonsoir. La bougie brûlait toute la nuit, ou presque.
J'ai maintenant presque cinquante ans. Je n'ai plus jamais essayé de faire des découvertes sans m'être expliqué avec quelqu'un qui connaisse le sujet qui m'attirait. Cela a duré jusqu'à l'âge de trente six ans. Et puis petit à petit, j'ai fini par trouver assez de confiance en moi pour faire presque tout de moi même.
Je n'ai pas de jugement à émettre, mais je sais par expérience personnelle que ceux qui jouent au spiritisme le paye toujours, souvent d'un prix tout à fait surprenant, et toujours de manière inattendue. Je sais aussi que toutes ces expériences tentées par des jeunes gens peuvent conduire à des catastrophes. Parce que j'ai étudié très longtemps tout ce qui touche à ces domaines, je peux affirmer que très peu de gens sont capables de résister à des effets inattendus à la suite de pratiques mal ou pas du tout maîtrisées.
Oui, on peut connaître son avenir, mais pas de cette manière. Oui, on peut obtenir des pouvoirs que les gens appellent surnaturels, mais comme çà !

PS : Maintenant vous êtes prévenus à vous de voir jusqu'où vous voulez aller !!!
Pour l'auteur comme promis je n'ai pas donné votre nom.

témoignage venant d'une page-perso avec autorisation de la personne
Revenir en haut Aller en bas
Chien Long
nouveau
nouveau


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: salut si quelqu' un veut parler d'une experience vecu venais   Lun 27 Mar 2006 - 17:26

Surprenant. Bien raconté. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: salut si quelqu' un veut parler d'une experience vecu venais   

Revenir en haut Aller en bas
 
salut si quelqu' un veut parler d'une experience vecu venais
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mon nabaztag ne veut pas me comprendre, je dois parler chinois .....
» qu'est ce que ca veut dire ?
» Qu'EST-CE QUE CA VEUT DIRE
» Quelqu'un à déjà penser à un panda sagesse
» bug de l'application faire parler un objet sur mirror nano nabaztag

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le rendez vous des potes du web :: Occulte et Paranormal :: Histoire sur le paranormal (vécu ou pas)-
Sauter vers: