le rendez vous des potes du web


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Musique / internet:

Aller en bas 
AuteurMessage
baloo47800
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 917
Age : 50
Localisation : miramont de guyenne
config de votre pc : zen et cool
Votre prénom : michel
Date d'inscription : 27/10/2005

FDP
points de participation: Non-Indiqué
point de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Musique / internet:   Dim 22 Jan 2006 - 11:02


Musique / internet:

après le décollage,
l'industrie veut consolider en 2006




L'année 2005 a vu s'amorcer le décollage des ventes de musique sur internet et l'industrie du disque, réunie au Midem à Cannes, espère confirmer en 2006 cette tendance, qui dépend notamment, selon elle, de la lutte contre le téléchargement gratuit et de la politique tarifaire.

"Nous vivons le moment le plus passionnant de l'histoire de l'industrie musicale. Elle pourrait connaître une croissance sans précédent si on sait saisir les opportunités", a estimé samedi le président du groupe EMI, le Britannique Eric Nicoli, au MidemNet, organisé en prélude au Midem (Marché international du disque et de l'édition musicale) et consacré aux nouvelles technologies.

Selon la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI), 420 millions de titres ont été achetés sur internet en 2005, soit 20 fois plus qu'en 2003. Le numérique représente 6% du marché de la musique, 60% des revenus provenant d'internet et 40% de la téléphonie mobile, sur laquelle le MidemNet se penchera dimanche.

Selon l'IFPI, le numérique devrait représenter 25% du chiffre d'affaires mondial de la musique en 2010.

En France, si le marché des ventes physiques a baissé de 3% en valeur (gros hors taxes) en 2005, celui de la musique numérique a quadruplé, atteignant 30 à 35 millions d'euros (deux tiers venant de la téléphonie mobile, un tiers d'internet), selon le Syndicat de l'industrie phonographique (SNEP). Vingt millions de morceaux ont été achetés sur les plateformes payantes, dix fois plus qu'en 2004.

Selon les producteurs, l'absence d'interopérabilité reste un frein au développement du marché. Aucun standard commun n'existe entre les sites payants et les baladeurs numériques, et les musiques téléchargées sur telle ou telle plateforme ne sont pas lisibles sur tous les baladeurs.

L'industrie réfléchit également à la politique des prix de la musique en ligne. Apple (dont le "magasin en ligne" iTunes Music Store écrase le marché aux Etats-Unis) a fixé un prix unique de 0,99 dollar (0,99 euro en France) par titre téléchargé, sur lequel se sont alignées les autres plateformes.

Certaines "majors" du disque aimeraient mettre fin au prix unique, pour augmenter par exemple le tarif des nouvelles chansons et baisser celui des anciennes.

"Le prix unique ne convient pas au modèle économique qu'on construit. La valeur d'une musique peut dépendre de l'artiste, du genre ou de la période", a déclaré samedi Jean-François Cecillon, président d'EMI Europe.

L'offre proposée sur les plateformes payantes est un autre enjeu. Selon le SNEP et l'IFPI, 900.000 titres seraient disponibles sur les plateformes françaises et 2 millions dans le monde.

Mais certains artistes restent absents des plateformes payantes (Jean-Jacques Goldman, les Beatles...), soit parce qu'ils le souhaitent, soit parce que leur potentiel commercial est trop faible.

Enfin, les producteurs, qui attribuent la chute du marché physique au téléchargement gratuit sur les réseaux "peer to peer" (P2P), veulent poursuivre leur lutte contre ceux qu'ils qualifient de pirates.

Une étude de l'institut GfK et du magazine SVM estime à un milliard le nombre de fichiers musicaux téléchargés en France en 2005, dont 2% seulement sur les sites payants.

Et l'opposition des producteurs au mécanisme de "licence globale", discuté fin décembre à l'Assemblée nationale et qui permettrait d'échanger des fichiers via le P2P en versant une redevance, dépasse le seul cadre français.

"Cela semble aberrant que la France ait fait un premier pas vers la licence globale. Elle ne peut pas persister dans cette voie", a estimé M. Nicoli.
Revenir en haut Aller en bas
http://painkakeland.superforum.fr/index.forum
 
Musique / internet:
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le coin musique
» Musique du temple de classe Pandawa
» Les instruments de musique de notre époque
» Monitorin:z - Ton nabaztag te signale lorsque ton site internet ne marche plus !
» [Multimédia] Nouvelle musique du groupe Cryoshell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le rendez vous des potes du web :: LE COIN DETENTE :: Music-
Sauter vers: